skip_to_content

Alix Van Ripato et Marcin Sobolev

Belgique
29.01.2024 - 31.03.2024

Alix Van Ripato, artiste pluridisciplinaire aux facettes multiples est récemment connue pour sa pratique de musicienne électronique.

Se qualifiant elle-même de performeuse elle est avant tout une passionnée du Japon et de sa culture depuis son enfance.

Elle part enfin à la découvertede ce pays à la fin de ses études supérieures en 2015. Débute alors son épopée fantasmagorique qui propose au public sous forme de projets globaux des immersions dans sa vision, son ressenti de ce pays si longtemps attendu.

Née en 1991 (BE)
Vit et travaille à Bruxelles
Diplôme de master en dessin à La Cambre, Bruxelles

www.ripato.com
www.instagram.com/alixvanripato/

Marcin Sobolev est un artiste ne se cantonnant pas à une seule pratique.

Ses œuvres couvrent un récit personnel, dépeignant de manière abstraites des extraits et des scènes de la vie quotidienne dans les villes de la mer Noire et les régions reculées d’Asie Centrale et du Japon.

Entre les influences de la musique locale, de l’art populaire, de la culture Chamanique, du passé culturel et personnel, l’artiste développe son propre langage visuel qui, dans ses dessins naïfs et ses installations détaillées, transmet sans effort l’énergie des lieux visités. L’interaction de l’image et des œuvres typographiques, du symbole et du contexte, du détail et de l’abstraction célèbre l’esthétique vibrante de la vie quotidienne du Japon urbain et de ses campagnes pittoresques et apporte à la toile ce qui est souvent caché : une créativité impulsive qui produit un art honnête et pur.

Né en 1981 (BE)
Vit et travaille à Bruxelles
Diplômé en ébénisterie aux Arts et Métiers, Brussels

www.instagram.com/marcinsobolev/
www.instagram.com/studio_sobolev/

Alix et Marcin parfois se rencontrent et mettent leurs forces en commun pour inventer en se réinventant. Dernièrement réunis au Japon, bercés par le son des métros aux voix robotiques, hypnotisés par les néons au goût vintage d’une période faste révolue, fascinés par les idéogrammes peints de toutes les couleurs aux entrées des temples et des signalétiques défraîchies des aires de jeux désertes du haut des montages, ils proposent une immersion singulière et haute en couleurs: Playtime, le moment du rêve et du laisser-aller.